Les bals travestis

Sous le second empire

Au XIXème siècle, il y eut un enthousiasme extraordinaire pour les travestissements. 

Marie Simon qui a signé "Mode et Peinture", le Second empire et l'impressionisme,  traite de ce sujet nous disant que
la monarchie de Juillet restaura le Carnaval et que c'est, à partir de 1833, que la plupart des théâtres parisiens ouvrirent leurs portes pour une saison de bals masqués. Ceci perdura jusqu'à la second moitié du siècle et les bals costumés de la Cour sont venu s' y ajouter. A consulter : Les salles de bal du Paris romantique

Les bals costumés étaient aussi de belles fêtes

Ces fêtes étaient plus animées et plus gaies encore que les réceptions à la Cour dont je vous ai déjà entretenus.

déguisements



Les déguisements y étaient très variés et aussi très originaux. Ils composaient un ensemble de formes et de couleurs des plus curieux et des plus drôles.

Ainsi on a pu voir la princesse de Metternich qui  porte des cornes. Celles d'un diable ténébreux entiètrement vêtu de noir, du corsage aux bas en passant par la jupe. Même les gants noirs sont en forme de griffes avec des bagues ornées de diamants.

La marquise de Gallifet est déguisée en archange saint Michel la poitrine cuirassée d'or et le bras armé d'un glaive.

Sous le couvert du masque on pouvait  se permettre des libertés de propos que l'on n'eut pas pu prendre à visage découvert. Ce qui qui réjouissait les esprits ludiques.

Les souverains se prêtaient, eux aussi, au jeu.

Ces bals ont souvent été décrits racontant des incidents plaisants et ils ont eu un engouement qui a tourné à la fureur dans les dernières années du règne de NapoléonIII.

Gravures de travestissement

travestissements de 1852-53

Ci-contre ezxplications de la gravure  de travestissements de 1852-53

Costumes de Mozart, d'après les gravures du temps.

Petite marquise. Costume Louis XV Guirlandes de petites roses sur la jupe, corsage garni des mêmes fleurs. Jupes de satin glacé.

Costume de fantaisie. Coiffure en rubans de velours, corsage de velours avec pièce de devant en soie. Jupes de soie, celle du dessus doit être de fourrures.

Costume de fantaisie. Corsage à double basquine, garni d'une ruche de rubans et d'une dentelle noire. Jupe de satin bordée d'un velours noir. Bas brodés;

Un clic sur l'image pour l'agrandir

travestissements de 1859-60

Ci-contre explications de la gravure de travestissements de 1859-60

Costume de femme de Sinnai (Piémont) Robe de satin, bordure de satin avec applications de broderie d'or ; tablier de taffetas, bordure de taffetas chiné ; coiffure en mousseline brodée ; collier en perles d'or ; châle en laine et soie.

Costume pastura della callura (Sardaigne) Corsage de taffetas ; corselet de velours ; jupon en taffetas à raies de velours ; atblier en taffetas ; coiffure en velours ; collier en corail.

Costume breton, paysan de Pont-l'Abbé (Finistère) Habillement complet en petit drap ; brodeies en laine ; chapeau en castor.

Un clic sur l'image pour agrandissement

Voici ci-dessus, des gravures de deux périodes différentes mais encore cette autre et pas des moindres  puisqu'il s'agit de  

L'impératrice Eugénie

l'impératrice Eugénie déguisée

d'après un tableau de Franz-Xavier Winterhalter

L'impératrice Eugénie en costume du XVIII siècle - 1854

Dans le Journal des Demoiselles de  1858, des descriptions de travestissements (sans gravure) :

Marie-Antoinette Jupe et manteau de satin brodés de roses ; corsage carré avec bouillon devant et garniture de dentelle ; manches descendant un peu au-dessous du coude. Saphir retenant sur le front la coiffure ornée de plumes. Poudre. Petit velours au cou attaché par un saphir Eventail Watteau.

Jeune Grecque : Bonnet et veste de velours brodé or ; jupe de gaze de soie brodée or ; sur sous-jupe de satin.

Petit jardinier Watteau

Petite cantinière des lanciers

Dans ce même livre  mais en 1860, voici d'autres descriptions malheureusement elles aussi sans illustration :

Camargo Jupon en taffetas Pompadour. Robe de satin rouge. Jupe relevée sur les côtés. Corsage ouvert garni, ainsi que que les manches, d'une ruche à la vieille. Tablier de mousseline avec garniture ruchée. Cheveux poudrés avec noeuds de ruban noir à longs bouts.

Russe : Jupe de cachemire bleu, garnie dans le bas d'une boucle de velours pensée. Corsage décolleté, également en velours pensée. Chemisette plissée. Manches très larges. Tablier de batiste. Dans les cheveux, noeuds de velours pensée.

Chinoise :Jupe de taffetas vert. Autre jupe plus courte, en satin noir, garnie d'une large bordure de moire antique. Boutons d'or avec grelots. Corsage et manches de moire antique. Pélerine chinoise en velours noir, avec application de moire antique et semé de paillettes. Couronne de roses.

Journal des  Demoiselles de 1862

Explication de la gravure de travestissements de 1862

travestissements de 1862 Berger d'Arcadie Peau de bique. Blouse bleue, serrée à la taille par une ceinture de cuir jaune. Sandales en cuir fauve. Une houlette.

Paysanne de la Forêt-Noire Bonnet en velours noir parsemé d'agrément d'or et orné d'un gros papillon de satin noir entouré de dentelle. Corsage en taffetas vert avec agréments rouges et noirs. Manches de mousseline. Jupe de satin gris ornée au bas d'un large galon de satin rouge. Bas à coins. Souliers vert pomme.

Magicienne Jupe en taffetas, garnie d'une large bande de velours parsemée d'ornements bizarrres en satin. Corsage en velours, demi-décolleté, lacé derrière, avec ceinture et agrafe. Manches à la juive en tarlatane. Collier, boucles d'oreille et bandeau en sequins. Large bracelet en or mat. Bottines lacées dessus.

Journal des Jeunes  Perxsonnes de 1865-66

Explications de la gravure de travestissements de 1865-66

travestissements de 1865-66Costume de Jeanne d'Arc Jupe de gros de Naples blanc avec bordure en brocart d'or ; tunique de velours ponceau avec bordure semblable ; manches en taffetas blanc avec treillis en ganss d'or. Toque de velours noir bordé d'or et sous-voile de gaze blanche

Costume espagnol Jupe de taffetas noir, bords en taffetas rose recouvert de petits velours formant quadrillé et boules de soie noire ; les bords sont séparés par un petit volant plissé, en taffetas noir ; un volant semblable entoure le bas de la jupe. Corsage en taffetas rose, manches étroites avec crevés de satin blanc au-dessus du coude, et garnitures de velours noir. Echarpe de soie bariolée nouée autour de la taille, roses dans les cheveux et long voile de dentelle noire.

Costume du petit garçon vénitien Veste et pantalons bouffants en étoffe à rayures alternées violettes et or, avec basque et garniture en velours noir, plastron en taffetas vert brodé d'or. Toque de velours noir.

Petite fille en costume de fée Robe de dessous en mousseline blanche avec garniture plissée. Corsage décolleté et manches courtes. Robe de dessus en taffetas bleu uni, petit corsage décolleté carrément. Une guirlande de roses part du corsage et vient soulever la jupe bleue. Coiffure de roses. Ailes de gaze nuancées de plusieurs couleurs. Baguette de fée. Bas de soie et souliers de satin blanc à bouffettes bleues.

Nous allons terminer cette rétrospective sur les bals travestis de 1852 à 1870 par une gravure de 1868-69.Pas de description pour cette gravure. Il s'agit de costumes Russe, Mésange bleue et Chinois.

travestissements de 188-69

Les bals bourgeois

et

La suite des bals bourgeois

Petite remarque : cette page s'affice mal surtout en ce qui concerne les photos

Haut de page